Angleterre  Allemagne  Suède  Danemark  Norwege  Finlande  Islande

Karma yoga


Par Erling CHRISTIANSEN, photos : Jeff EREAU, Lisbet GELTING

Quelle est la première association qui surgit dans votre esprit quand vous entendez le mot « yoga » ? La posture sur la tête, ou un autre asana ? Relaxation ? Bien-être ? Votre salle/prof préféré ? Ou si vous êtes un peu plus avancé un exercice de respiration ou une pratique méditative ? Ou si vous vous voyez en yogi/yogini, vous pensez probablement au yoga comme un mode de vie.

Lorsqu'on entend parler de yoga, c'est souvent en rapport avec un autre terme désignant le type de yoga dont il s'agit. Il y a évidemment les différents styles/écoles de yoga mais cela est inintéressant dans ce contexte. Ensuite il y a les désignations qui dénotent la/les techniques dont est composé le yoga en question (hatha yoga, kundalini yoga, kriya yoga etc.). Enfin il y a les désignations qui dénotent plutôt comment le yoga s’intègre dans la vie quotidienne : bhakti yoga (le yoga de l'abandon), jnana yoga (le yoga de la connaissance) et le karma yoga. Le mot karma a différents significations selon le contexte dans lequel on s'en sert. Dans le contexte de karma yoga on le traduit normalement par le yoga dans l'action.

C'est probablement le yoga le plus accessible pour la plupart des occidentaux car c'est l’épanouissement à travers les différentes tâches de la vie de tous les jours : le travail professionnel, les tâches ménagères, l'éducation des enfants, le bricolage, le jardinage, les hobbys, les courses... la liste est longue. Les critères qui font que toutes ces tâches peuvent être considérées comme du karma yoga sont :

  • Vous faites ce que vous faites consciemment, vous êtes absorbé par ce que vous faites, vous le faites avec tout votre être. Il n'y a pas de corvée dans la vie, il y a simplement des tâches et je les fais parce que c'est ce que j'ai à faire en ce moment, peu importe si je l'ai choisi moi-même ou elle m'ont été données/imposées.

  • Ce n'est pas le résultat qui compte, mais c'est de faire. Évidemment, vous faites ce que vous faites avec un objectif et vous le faites avec les moyens que vous avez. S'ils ne suffisent pas, vous acceptez de ne pas pouvoir accomplir votre tâche aussi parfaitement que souhaité - il y a toujours une autre tâche qui vous attend. Vous considérez la vie comme une succession de tâches que vous accomplissez aussi bien que possible mais sans déprimer si vous ne réussissez pas. Il n'y a pas non plus de raison pour se vanter si vous réussissez en dépassant toutes vos espérances - il y a toujours une nouvelle tâche qui vous attend.

  • Vous faites ce que vous faites, pas pour vous même uniquement, mais surtout pour autrui. Par exemple, la rémunération que vous recevez en contrepartie de votre travail n'est pas l'essentiel. Ce qui importe est la valeur de ce que vous produisez pour les autres. Si vous considérez votre travail comme quelque chose qui n'a aucun intérêt pour autrui, changez de travail aussi rapidement que vous le pouvez.

Pour en savoir plus Swami Vivekananda est peut-être le seul à avoir écrit quelque chose de pas trop idéaliste sur le karma yoga. En français on trouve un livre qui s'appelle "Les yogas pratiques" qui comprend aussi le bhakti et le jnana yoga.

La Bhagavad Gita aussi parle du karma yoga, comme une voie vers la libération.